Comment je suis devenu stupide

Photo : Philippe Schuller

Statut Archive
Année 2006
Thème

Où comment sous heurozac (après avoir vainement tenté de devenir alcoolique et de se suicider), Antoine décide de devenir stupide, pour ne plus penser. Un voyage au pays de nos us et coutumes… Prenez un acteur, une table, une chaise une bouilloire et laissez infuser…

« Je n’ai jamais été sportif ; les dernières compétitions importantes qui ont fatigué mes muscles sont les concours de billes à l’école primaire dans la cour de récréation. Mes bras, mon souffle court, mes jambes lentes ne me permettaient pas de faire les efforts nécessaires pour taper dans une balle avec efficacité ; je n’avais que la force de fouiller le monde avec mon esprit. Trop chétif pour le sport, il ne me restait que les neurones pour inventer des jeux de balles. L’intelligence était un pis-aller. »

Fort de ce constat, mais très déprimé, notre héros (qui n’en est pas un) va se lancer dans une vaste entreprise de désensibilisation au monde, afin que son esprit cesse d’être envahi par tant de curiosité. Car « être curieux, vouloir comprendre la nature et les hommes, découvrir les arts, devrait être la tendance de tout esprit. Mais si cela était, avec l’organisation actuelle du travail, le monde s’arrêterait de tourner, simplement parce que cela prend du temps et développe l’esprit critique. Plus personne ne travaillerait. »

Aussi, après avoir essayé – en vain – d’être alcoolique et de se suicider, sous heurozac, notre héros qui pourrait tout à fait en être un, s’adonnera aux joies de la « vraie» vie….


Distribution :
Texte de Martin Page / Edition le Dilettante
Adapté et mis en scène par Claire Truche
Avec : Jaufré Saint Gal de Pons
Lumières : Stéphan Meynet
Son : Olivier Leydier
Costume : Anne Dumont

Durée : 1h
Age : 14 ans
Avec ou sans plateau

Télécharger le dossier de Comment je suis devenu stupide

Ce texte tout droit sorti du roman de Martin Page a du génie. Grâce à des métaphores filées saupoudrées d’ironie, l’auteur joue avec les phrases comme un marionnettiste aguerri. Le décor est sobre, l’interprétation, pleine d’humour. L’acteur, sublime la subtilité des mots. Il se met dans la peau de plusieurs personnages avec une dextérité sans égale. Une pièce intelligente, intelligible, sur la stupidité que l’on nous impose. Magique.
La Provence

Le public s’est laissé emporter dans un conte initiatique moderne où l’humour autorise à sourire de nos travers et de nos faiblesses. Un texte magistralement interprété, sidérant, qui passe avec une rare aisance d’un personnage à l’autre, sans jamais tomber dans la caricature…
La Tribune-Le Progrès (Haute-Loire)

Claire Truche avait choisi l’économie de moyens pour présenter son adaptation théâtrale du roman de Martin Page. Une option qui se révéla excellente, puisque le comédien, captiva l’auditoire par son interprétation aussi serrée que désopilante.
Lyon Capitale

GALERIE